Petit historique des slogans de la SNCF

Petit historique des slogans de la SNCF illustré par mon dernier voyage en TGV ! Exemple : Paris-Rennes en 5h30, c’est possible !

1970 : “Prenons le train”

1983 : “Le train, du bon temps à petit prix”

1988 : “SNCF c’est possible”

1991 : “Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous”

1995 : “À nous de vous faire préférer le train”

2005 : “Donner au train des idées d’avance”

Instagram suite et fin

(cf article précédent)

 

Après ma petite démonstration “Instagram expliqué aux personnes âgées”, voici plus sérieusement la justification de cet article. Le problème de cette application magique, c’est que c’est tellement facile à utiliser qu’on en oublie que la photo ça s’apprend. C’est comme faire de la guitare ou du piano sans solfège. C’est possible.  On arrive à lire les accords, à les enchaîner… Mais on ne les comprends pas ces accords, on ne sait même pas que leur enchaînement correspond à une logique d’harmonie, que la musique c’est mathématique. On n’a pas conscience que si on oublie une note c’est pas grave, mais si on la décale d’un demi-ton c’est très grave. Si un accord est illisible sur la partition, on est perdu. Tandis qu’en connaissant le solfège, on saura s’adapter et deviner ce qu’il manque.

Instagram c’est un peu ça. Utiliser des outils qu’on ne maîtrise pas et en être satisfait malgré tout parce que “ça fait bien”. Utiliser un filtre est une bonne chose si l’effet permet d’apporter du sens à l’image, si le filtre sert le propos du photographe. Ils sont une composante de l’image, ils disent des choses.  Le photographe débutant fera évoluer sa pratique ainsi : il dira au début “Le noir et blanc donne un effet sympa à ma photo” puis à force de pratiquer :  “Le sens de ma photo serait différent en couleur. Ça ne correspondrait pas à ce que je veux montrer, dire, alors ma photo doit être en noir et blanc.”  Le noir et blanc, tout comme les filtres de couleurs, de saturation etc. n’est pas là pour décorer ou améliorer une photo.

Les gens veulent aller trop vite alors que, sans prétendre à un niveau professionnel, on peut facilement apprendre les bases de la photo. Le cadrage, l’éclairage, les choses à ne pas faire (du moins au début). Pas envie d’apprendre à faire de belles photos alors hop un filtre sur une photo de merde et ça rend bien. Bien sûr, on peut s’amuser à utiliser des filtres comme ça, juste pour voir parce que c’est rigolo. Malheureusement, beaucoup ont l’impression de faire de “bonnes photos” ainsi.  Comment oser dire “j’aime la photo” et se contenter d’Instagram ? Instagram pourquoi pas, mais pas de manière systématique et surtout combiné à un apprentissage.

Instagram est beaucoup plus drôle quand on maîtrise certains codes de la photo parce qu’on peut les détourner. Pas besoin d’avoir un niveau extraordinaire en photographie. S’y intéresser et comprendre les bases, c’est déjà bien mais c’est indispensable. Prendre des photos mal cadrées, des sujets nazes et en faire de bonnes photos/photos drôles, revendiquer le droit d’utiliser des filtres inappropriés, de cadrer de manière non conventionnelle, je dis oui ! Mais la photo c’est comme tout : pour casser les codes,  il faut d’abord les connaître.

Instagram expliqué aux personnes âgées (et aux personnes n’ayant jamais entendu parler d’Instagram)

Instagram est un merveilleux outil qui permet à chacun de réaliser de magnifiques et astucieuses photos et de les partager avec votre réseau d’amis. Grâce à cette application, vous pouvez mettre sur vos photos de jolis filtres qui les rendront vintage/polaroïd/mystérieuses. Peu importe le cadrage ou l’éclairage, Instagram est à la photo ce que la BB crème est à votre trousse de maquillage, ce que Ouest France est au journalisme, ce que le papier de verre est à un vieux mur : Instagram rendra toutes vos photos (sans exception) lisses, douces, polies.

Vous aimerez Instagram si vous êtes d’accord avec au moins l’une de ces propositions :

– vous aimez poster sur facebook ce que vous bouffez.
– vous aimez la mode / vous tenez un blog de mode.
– vous aimez les bébés animaux et les lolcats c’est trop mignon.
– vous n’avez pas le temps/l’envie d’apprendre à faire de la photographie.
– vous aviez un skyblog jusqu’au lycée et maintenant vous n’osez plus.
– vous avez envie de rigoler un peu sans vous prendre au sérieux parce qu’il faut l’avouer : c’est rigolo Instagram.

Avec Instagram, vous pouvez tout photographier et partager vos photos de bouffe avec des amis qui partageront avec vous leurs propres photos de bouffe (cf plus bas).

Pour vous montrer l’universalité des sujets traités, voici par exemple une photo d’un coin de ma salle de bain.

La voici maintenant avec un petit filtre. Alors que la première ne vous attirait pas du tout, vous avez désormais presque envie de venir faire le ménage chez moi en chantant (si c’est le cas, merci de me le faire savoir dans les commentaires).

Si Instagram est utilisable avec n’importe quel sujet, il existe tout de même des “trending topics”, des catégories incoutournables.

1. Les photos de bouffe

Les photos de bouffe notamment de gâteaux sont le sujet de travail numéro 1 des Instagrameurs. Les cupcakes et autres cheesecakes sont le must des photos de cuisine.

Mais un petit plat qui traine dans le frigo depuis 6 jours peut aussi faire l’affaire ! Ci-dessous, des spaghettis à la sauce tomate.

2. Les bébés animaux

Comme je n’avais pas de bébé chat ou de bébé chien à disposition, j’ai demandé à mon chien Gizmo de poser pour moi et de me faire un regard kawaï. Il a accepté. Merci Gizmo. Les bébés animaux sont probablement les photos les plus faciles à réussir parce qu’ils sont toujours mignons.

3. La mode

Les photos de mode -plutôt féminine- ont explosé grâce à Instagram. Pour la réussir, prenez l’air désabusé(e) et insouciant(e), choisissez une jolie tenue. Installez-vous de préférence dans un décor extérieur ou si ce n’est pas possible, dans le salon de votre grand-mère avec son papier peint d’époque. Un filtre qui bousille complètement les couleurs est adapté ici. Une photo de mode doit à tout prix être légendée comme cela :

izoulecaribou porte :
– une robe “Brocante de Groslay”, 8€
– des ballerines “Chez-le-Petit-Chinois-en-face-du-Virgin”, 10 euros
– une paire de lunettes 3D des “cinémas Gaumont-Pathé”, 3 euros (plus prix de la place)
– une poubelle “Leroy Merlin” 9€90 
– un gloss rouge “Tout à deux euros”, 2 €

Curieusement, un sous-mouvement des photos de mode est apparu. Il consiste à photographier vos pompes. Exemple avec ces chaussures portées pendant 3 jours en 2009 durant un festival de musique sous la pluie :

4. La nature

La nature c’est beau. La nature avec Instagram, c’est magique, incroyable, magnifique. Ci-dessous dans l’ordre un bac à compost, des parpaings et une poêle à paella rouillée suspendue dans la nature.



5. Les photos historiques

Si durant un concert, vous êtes du genre à passer plus de temps avec votre iPhone qu’à regarder ce qui se passe devant vous, ce thème va vous plaire ! En effet, une photo de foule, de spectacle, de manifestation politique peut prendre une tournure totalement historique grâce à Instagram. Ici la foire au boudin de Saint Quentin dans l’Aisne. Sur la photo normale, l’ambiance foire au boudin est clairement identifiable.

Sur la version avec filtre, on a l’impression d’assister à un grand moment et cela ne nous étonnerait guère si le général de Gaulle ou Claude François étaient sur le bord de la photo, prêts à entrer sur scène pour faire un discours !

Maintenant vous avez toutes les cartes en mains pour faire de jolies images de votre salade de tomates au pistou et de votre bébé animal portant un chapeau !

Le site officiel : http://instagr.am/